Pompes Funebres

Nos conseillers ? Des professionnels avisés à l'ecoute de votre projet.


Pompes Funebres : tous nos conseils

Thanatopraxie

Ce qu’il y a à savoir sur la thanatopraxie, une pratique funéraire d’une grande importance chez certaines cultures.

Du grec Thanatos, la divinité grecque de la mort et Praxien qui signifie opérer, le terme de thanatopraxie désigne une intervention réalisée sur un cadavre. Mais la thanatopraxie est différente de l’autopsie qui a un objectif diagnostique sur les causes d’un décès. En fait, le mot désigne une pratique de conservation des corps des défunts. La thanatopraxie n’a pas pour but d’aller contre le processus de décomposition. Elle ne fait que la retarder.
En effet, dans de nombreuses cultures, le corps est sacré. Un corps qui perd sa forme équivaut à un sacrilège. Aussi, lors d’accidents ou de brûlures, le préposé à la restauration du corps essaie de lui donner la forme la plus humaine possible. Dans d’autres traditions occidentales, il est important de présenter le corps du défunt dans son apparence la plus « vivante » pour faciliter le deuil de sa famille.
Mais ce sont les Egyptiens qui, depuis des millénaires, ont perfectionné l’art de la thanatopraxie. Leurs façons de momifier les corps restent impressionnantes vu que ceux-ci ont pu être conservés pendant des milliers d’années dans leur forme humaine. Pour le faire, ils usèrent de matériel d’embaumement très diversifié. Les recherches scientifiques ont révélé la nature exacte de ces substances dont plusieurs sont encore utilisés de nos jours. Parmi ceux-ci, on compte le sterilol, le supremol ou l’hydrol-bleachol.
Le thanatopracteur est, au sein de l’agence de pompes funèbres ou en indépendant, la personne qui a pour tâche de traiter le corps afin que celui-ci ne connaisse les malheurs de la putréfaction que le plus tardivement possible. Cette tâche ne peut être faite qu’après la toilette mortuaire qui peut, elle aussi, incomber au thanatopracteur.
La technique la plus utilisée est aujourd’hui la formolisation du corps. Mais certaines techniques restauratrices comme l’usage d’argile pour compenser des parties manquantes du corps restent courantes. Après cet acte, l’entrepreneur des pompes funèbres peut alors habiller le défunt pour pouvoir le présenter à sa famille.
A tort confondue avec la taxidermie qui consiste à créer une autre forme à partir du corps humain, la thanatopraxie permet d’aseptiser le corps à plus de 90%. Elle est obligatoire si le corps doit être déplacé avant qu’il ne soit mis en bière. Les religions orthodoxe, musulmane, judaïque et bouddhiste s’y opposent.